360 millions de noms de domaine enregistrés dans le monde

Alors qu’une nouvelle année commence, pourquoi ne pas faire un état des lieux des noms de domaine dans le monde ?

Près de 360 millions de domaines enregistrés

Internet est en croissance constante et chaque année des millions de nouveaux noms de domaine sont enregistrés. Les noms de domaine en 3 lettres sont toujours aussi rares et ne peuvent plus s’obtenir que lorsqu’ils expirent. Il faut également être de plus en plus créatif dans les orthographes, l’usage des tirets ou des extensions pour trouver un nom de domaine vierge encore disponible.

La dernière étude Verisign annonce que le nombre total de domaines, tout TLD confondus, s’élevait à 359,8 millions au troisième trimestre 2019. Ce chiffre représente une croissance de presque 10 millions de domaines par rapport au quatrième trimestre 2018. Oui, l’industrie des noms de domaine a encore de beaux jours devant elle.

Le .com et le .net toujours en tête

Les TLD génériques .com et .net sont toujours parmi les TLD les plus populaires avec 144 millions de domaines enregistrés au quatrième trimestre 2019. Leur suprématie s’explique justement par leur aspect générique qui permet de ne pas associer un nom de domaine à un pays en particulier. Cela donne un côté plus international au nom de domaine et une plus grande légitimité.

En ce qui concerne les ccTLD (country-code TLD), le .tk compte encore le plus grand nombre de domaine enregistrés, suivi de près par le .cn. Rappelons que le .tk est un ccTLD pour le territoire Tokelau dans le Pacifique Sud et que l’enregistrement d’un domaine en .tk est gratuite.

Ce ccTLD est réputé pour héberger un grand nombre de sites de piratage, de spam ou d’activité illégales, les DNS du .tk sont même bloqués par les fournisseurs d’accès à internet aux Etats-Unis.

Les suivants dans le classement sont les beaucoup plus réputés .de et .uk avec respectivement 16,3 et 13,3 millions d’enregistrements. Puis dans une plus petite proportion nous retrouvons le .tw (non ce n’est pas l’extension de Twitter mais de Taiwan) avec 6,8 millions d’enregistrements.

Voici le classement global des extensions pour la fin 2019 :

Source : https://blog.verisign.com/domain-names/verisign-q3-2019-domain-name-industry-brief-internet-grows-to-359-8-million-domain-name-registrations-in-the-third-quarter-of-2019/

La montée des new gTLD

Les gTLD ont certainement un bel avenir devant eux mais il est intéressant de noter le développement des new gTLD. En effet, le nombre de noms de domaines ne cesse de croître et il devient de plus en plus difficile d’en trouver un libre dans les extensions les plus communes.

C’est alors qu’interviennent les new gTLD comme le .shop, .online ou.site qui permettent d’élargir les combinaisons possibles. Certes, les new gTLD sont encore marginaux et n’ont pas la même aura qu’un .com mais ils représentent tout de même 6,7% des TLD enregistrés en 2019.

Source : https://blog.verisign.com/domain-names/verisign-q3-2019-domain-name-industry-brief-internet-grows-to-359-8-million-domain-name-registrations-in-the-third-quarter-of-2019/

 

La popularité des new gTLD ne devrait pas s’essouffler en 2020 et leur légitimité en tant qu’extension n’est pas à prouver. Il suffit de regarder les tarifs de domaines en 3 lettres en new gTLD comme ydt.shop (1 989€) ou ydt.io (2 704€) sur OVH. Et ce n’est rien à côté de combinaisons de 3 lettres plus populaires comme nfc.shop (22 466€) ou nfc.tech (28 087€) !

Pour résumer, le monde de noms de domaine ne cesse de grandir et les usages évoluent en réponse à la raréfaction des domaines libres dans les extensions les plus communes.

Ceci nous laisse imaginer un futur où les domaines en .com seront considérés comme des domaines « historiques » ou accessibles uniquement sur le second marché (sur Youdot.io par exemple 😉) alors que les new gTLD feront partie intégrante du paysage web.